Prestations

L’accompagnement des enfants et adolescents

Quand faire appel à un/e ergothérapeute ?

Un ergothérapeute peut être sollicité de manière précoce dans la détection et la prise en charge des troubles du neurodéveloppement de l’enfant et du jeune enfant.

Ainsi, il est recommandé de consulter un ergothérapeute dans les situations suivantes :

Posez votre question

Quelques définitions

Dyspraxie

C'est l'ensemble des difficultés à planifier, programmer et coordonner des gestes complexes. Les enfants dyspraxiques ne peuvent pas automatiser un certain nombre de gestes volontaires, la dyspraxie peut donc générer une dysgraphie car l’enfant contrôle laborieusement le dessin de chaque lettre, ce qui absorbe une grande partie de son attention et l’empêche de prendre en compte les autres aspects de l’écriture (orthographe, sens des mots...).

La prévalence de la dyspraxie est évaluée à environ 5 à 7 % des enfants de 5 à 11 ans. Elle est souvent associée à des anomalies de la perception visuo-spatiale (percevoir les informations sur l’espace environnant recueillies par les yeux), des compétences visuoconstructives (analyser, organiser les informations visuospatiales perçues et coordonner un geste en fonction) ainsi qu’à des troubles d’organisation du regard (explorer l’espace, utiliser une stratégie pour ne pas omettre d’informations).

Ces difficultés associées perturbent l’appréhension de l’environnement par l’enfant. (INSERM)

Dysgraphie

C'est l'altération du fonctionnement de la planification motrice nécessaire à l’utilisation d’un stylo.

Les enfants dysgraphiques rencontrent des difficultés pour écrire au niveau de la qualité, de la vitesse ou de l’automatisation du geste (et du coût qu’il représente) ou des 3 en même temps.

Troubles du neuro-développement

C'est une altération du fonctionnement d’un ou plusieurs des mécanismes qui, dès le plus jeune âge, et même avant la naissance, structurent la mise en place des réseaux du cerveau impliqués dans la motricité, la vision, l’audition, le langage ou les interactions sociales

Cela se traduit par des troubles du langage, des troubles de la coordination des mouvements, des troubles de l’attention, et des troubles du spectre autistique.

Diagnostic et prise en charge

Parce qu’une difficulté n’est pas nécessairement un trouble, l’identification d’un trouble et donc le diagnostic se fait en plusieurs étapes : repérage des difficultés par l’entourage de l’enfant, examen par le médecin traitant qui confirme la présence de difficultés impactant la vie quotidienne, passation de plusieurs bilans pluridisciplinaires. On parle de troubles « dys » uniquement si l’intelligence et le comportement social sont dans la norme, si aucune pathologie neurologique n’est présente et si l’enfant ne présente pas de troubles sensoriels (vue, ouïe, toucher).

Le diagnostic est posé après la passation de bilans spécifiques et complémentaires réalisés par différents professionnels :

Les bilans regroupent un ensemble de tests étalonnés selon des méthodes scientifiques avec des données statistiques permettant de situer l’enfant par rapport à la moyenne des enfants de son âge. Une fois les troubles identifiées (avec ou sans diagnostic précis), des séances peuvent être envisagées avec des objectifs thérapeutiques personnalisés ; les troubles dys- sont durables mais leur prise en charge permet d’améliorer et/ou de compenser les fonctions déficitaires et les difficultés rencontrées.

Contactez-nous

Suivi en ergothérapie :

Le bilan proposé par l’ergothérapeute

Il évalue : la motricité fine : coordination des doigts, de la main, du membre supérieur ; les compétences praxiques : coordination complexes apprises ; le graphisme et l’écriture ; les compétences visuospatiales : capacités à percevoir et à utiliser des informations spatiales prises par la vue.

Les différents objectifs

Les séances en ergothérapie peuvent avoir différents objectifs : :

l’amélioration des compétences déficitaires

Travail des mouvements fins des doigts, de la main de tout le membre supérieur et de la coordination de ces mouvements ; Travail des compétences visuospatiales (perception visuospatiale et compétences visuo-constructives) ; Travail du graphisme et de l’écriture (tenue du stylo, qualité du tracé, schéma de construction des lettres, respect des lignes, vitesse et endurance).

le choix et la mise en place de moyens de compensations, d’aides techniques, d’aménagements scolaires

Utilisation de guide doigts ; Préconisation d’aménagements scolaires avec la diminution de la quantité d’écrit ; Mise en place de l’outil informatique (ordinateur + logiciels spécifiques) en classe.

La prise en charge se compose, en général, d’une séance de 45 min à 1h, une fois par semaine, mais la fréquence et la durée des séances doivent être adaptées à chaque enfant et à chaque problématique.

+d'informations

L’autonomie et les situation/s de handicap au quotidien

Toute personne peut, à un moment donné de sa vie, se retrouver en situation de handicap. C’est-à-dire ne plus être en mesure de réaliser seul/e ses activités habituelles quotidiennes. Cela peut être arriver à cause d’une maladie et/ou de douleurs chroniques (par exemple : lombalgies) ou encore après un accident ou une opération.

L’ergothérapeute propose, dans un premier temps, une évaluation des besoins, des contraintes personnelles et professionnelles, des limitations physiologiques. Cette évaluation permet d’identifier les attentes et les situations de handicap impactant l’autonomie au quotidien afin de proposer des solutions sous forme de conseils en gestuelle et posture, d’aménagement de l’environnement ou de matériel adapté. Des séances de rééducation sont également possibles pour faire suite aux soins proposés en centre de rééducation ou à l’hôpital.

Demandez un RDV

La qualité de vie au travail

A travers sa formation, l’ergothérapeute acquiert une expertise dans l’analyse de l’activité au sens large. Il peut donc proposer des études de postes de travail afin de préconiser des aménagements adaptés à la personne au sein de son travail dans le cadre de pathologie spécifique ou de douleurs chroniques. Cette démarche permet d’améliorer la qualité de vie au travail, de favoriser le maintien dans l’emploi ou de permettre un retour au travail après un arrêt. L’ergothérapeute peut également participer à des projets collectifs en proposant des conseils en prévention ou des adaptations de postes utilisées par plusieurs personnes.

Dans le cadre de mon activité libérale, je propose donc des interventions sur site pour l’amélioration des conditions de travail.

Mon intervention peut, par exemple, être centrée sur l’aménagement du poste de travail d’un ou plusieurs employés ou sur une sensibilisation collective à l’économie rachidienne = la prévention du « mal de dos » (par exemple : comment bien s’installer devant un ordinateur, comment porter des charges lourdes sans se faire mal). Je peux également donner un avis ergonomique sur le matériel utilisé (points positifs et négatifs du matériel déjà utilisé, conseils d’utilisation ou préconisation du matériel le plus adapté à l’activité).

En savoir+

Alexandra Neuville Ergothérapeute

RESEAUX